Jeunes Publics

Les cours enfants sont ouvert dès 7 ans – les ados et pré-ados peuvent choisirent de participer à un cours adultes. La principale différence se situe au niveau de la pédagogie mise en œuvre : pour les enfants je privilégie une approche ludique de la discipline, dans laquelle la dimension martiale est abordée très progressivement. L’enseignement comporte des techniques issues des 3 styles de kalarippayat et vise à permettre aux enfants :

- Avant tout de développer leurs capacités physiques et la conscience de leur corps. Je m’appuie pour cela sur le socle de préparation physique issu du style du nord qui permet de renforcer et d’assouplir les muscles, d’opérer un travail sur l’équilibre et la coordination et de développer la concentration. Ce style est basé sur des techniques animales, la dimension martiale reste cachée, et l’apprentissage des exercices de bases et des formes corporelles permet de préparer le corps aux techniques de combat sans les aborder directement et également d’opérer un travail de circulation énergétique profond et inconscient. L’intérêt de cette approche est qu’elle repose sur une appropriation instinctive des « outils » du kalarippayat, c’est une manière de planter des graines et d’offrir aux enfants des outils à la manière orientale, c'est-à-dire des outils que l’on s’approprie à son rythme et dont on ne découvre toutes les dimensions qu’au fil du temps, sans que des explications verbales ne viennent figer dans l’esprit ce que ces techniques apportent à chaque pratiquant.

samir-elephant.jpg  nerekal-groupe-resized.jpg

- L’autre dimension sur laquelle les arts martiaux permettent de travailler est celle du rapport à l’autre : on y aborde directement le partenariat et l’opposition. Notre discipline recèle de nombreux exercices ludiques, des formes de combat combinés ou de déplacement à deux qui permettent de travailler avec différents partenaires et d’envisager l’opposition comme un travail sur soi dans le respect de l’autre. Pour les enfants, les exercices sont choisis de manière à éviter tous les contacts durs, l’approche est progressive et l’opposition passe toujours par des éducatifs partenariaux. Nous pouvons également utiliser les armes en bois, elles sont alors entourées de mousse et utilisées à travers des formes préétablies dans lesquelles les enfants apprennent le timing, la distance et le rythme sans jamais chercher à se toucher directement.

kai-poru-1-resized.jpg  baton-long-groupe-resized.jpg

- Enfin, l’enseignement dispensé se différencie d’autres arts martiaux dans le fait qu’il n’y a pas de perspective de compétition, ni de grades attribués aux élèves. La valorisation des progrès réalisés passe par d’autres moyens : la connaissance de plus en plus large des techniques permet de donner aux plus avancés un rôle de transmission vis-à-vis des élèves débutants. Chacun avance à son rythme et l’enseignement s’individualise autant que possible en fonction des spécificités et besoins des élèves. Plutôt que de proposer des compétitions, les enfants seront invités à participer ou à assister à des démonstrations à travers lesquelles ceux qui le souhaitent pourront se confronter à l’exercice que constitue le fait de présenter son art à un public.

Je suis par ailleurs animateur socio-culturel et sportif (BAFA / BAFD) depuis une dizaine d’années et je continue à travailler dans ce domaine. Je suis donc intéressé pour participer à l’activité de tous types d’accueils collectifs de mineurs, à travers l’enseignement du kalarippayat et / ou d’autres activités. Les photos présentées ont été réalisées lors d'un cycle d'initiation que j'ai assuré pour les mercredis de lyon.

Contactez-moi directement si vous êtes intéressés pour une initiation, une démonstration ou des cours réguliers ou si vous souhaitez plus d’informations sur mon parcours dans l’animation ou les séances que je propose.

 

CONTACTS :

Mail : kalarirhone@gmail.com

TEL : 06 63 48 50 45

Olivier DURILLON

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×